HAPAX
HAPAX

La Mandarine, d'Edouard Molinaro (1971), un film avec Annie Girardot, à redécouvrir ! (Rubrique cinéma)

Jane Fonda: le documentaire présenté à Cannes classics  (Rubrique cinéma)

Roses rouges et piments verts: un introuvable drôlement corsé avec Danielle Darrieux (1973) (Rubrique cinéma)

Danielle Darrieux, la jeune femme moderne du cinéma français des années 30

(Rubrique: cinéma)

LUC DARDENNE, CINÉASTE ET PHILOSOPHE  (rubrique cinéma)

PATRICK MODIANO ET LE CINÉMA

(rubrique Cinéma)

BÉATRICE NOVARETTI, DIRECTRICE DE LA MÉDIATHÈQUE DE MONACO

D.R.

A la tête de la Médiathèque de Monaco, Béatrice Novaretti a eu le privilège en avril dernier d’annoncer le lancement du nouveau site internet (www.mediatheque.mc) dont l’offre pour les abonnés est alléchante : accès illimité à Arte VOD, mais aussi à europress.com. Portrait d’une directrice enthousiaste.

 

Lorsqu’on interroge Béatrice Novaretti sur la naissance de sa vocation de conservatrice, elle songe à son coup de cœur au lycée pour La Chartreuse de Parme. Mais ce sont également les sorties collectives au théâtre de Nice organisées par le lycée Albert 1er que la directrice de la médiathèque Louis Notari se remémore avec nostalgie - frisson incomparable de découvrir, le soir, les acteurs brûlant les planches. Et lorsqu’on lui demande d’où lui vient cette fibre cinéphilique si ardente dont elle témoigne à travers le ciné-club qu’elle organise, Béatrice Novaretti se souvient avec émotion du Cinéma-Riviera, salle que tenaient ses grands-parents à Beausoleil lorsqu’elle était encore toute petite !

Depuis ces multiples découvertes de ses jeunes années, Béatrice Novaretti a su qu’elle « ne pourrait plus jamais se passer de ces nourritures essentielles », celles de la culture. Après des études de lettres à Nice, la jeune femme passe le diplôme de bibliothécaire à Marseille. Très vite, elle vérifie que la médiathèque est le lieu idéal pour s’épanouir. Devenue directrice de Louis Notari en 2007, elle a la conscience aigüe d’avoir la responsabilité de poursuivre le travail de conservation de ses prédécesseurs, le dépôt légal à Monaco obligeant à déposer en quatre exemplaires toute œuvre publiée sur le territoire. Mais Béatrice Novaretti a aussi à cœur de faire rayonner les fonds précieux et patrimoniaux de la médiathèque Louis Notari, fondée en 1909 et qui attirent nombre de chercheurs, y compris de l’étranger. Ces tâches sont le cœur du métier, exigeant et nécessaire.

Cependant, la directrice de la médiathèque a vite souhaité attirer d’autres publics que celui des seuls habitués. « Beaucoup de gens, déplore Béatrice Novaretti, n’ont pas le réflexe de franchir les portes d’une médiathèque ». Pour faire de Louis Notari une espèce de forum culturel foisonnant et vivant, la dynamique directrice organise des rendez-vous qui sortent des sentiers battus. Ainsi, les thés littéraires convient les lecteurs à découvrir des auteurs et des thèmes qu’ils n’auraient pas eu l’idée d’aller explorer, pour en discuter ensuite autour d’un thé convivial où la parole est libre. Béatrice Novaretti est ainsi fière d’avoir fait partager sa pépite Singe Sabour, avant qu’Atik Rahimi ne soit couronné du Goncourt! Le rendez-vous annuel de la Bourse de la découverte pour le Prix Prince Pierre est de même un moment magique où les adhérents, après avoir pris le temps de lire les romans en lice, ont le plaisir et le privilège de rencontrer en chair et en os tous les auteurs. D’autres activités ont encore lieu, comme l’atelier d’écriture mensuel animé avec maestria par Christiane Eastwood, qui rencontre un grand succès de fréquentation.

 

La littérature n’est pas le seul domaine qu’entend faire rayonner Béatrice Novaretti. La sonothèque, forte de plus de 30 000 titres à écouter, organise des concerts vivants, dans les styles les plus éclectiques. Le ciné-club propose de même des films que les Monégasques n’ont pas toujours l’occasion de découvrir facilement sur les grands écrans de la région, comme ce fut le cas avec le dernier cycle sur le cinéma scandinave. Ces films sont ensuite empruntables parmi les plus de 8000 titres de la dvdthèque.

 

Avec la dématérialisation généralisée des biens culturels – liseuse électronique, téléchargement de musique et de films – on peut se demander quel est l’avenir de la médiathèque. Béatrice Novaretti répond à cette question avec ces activités qui privilégient la rencontre entre les amateurs, le partage des goûts et des idées, la musique live et le ciné-club, lieu de débats. Pour elle, le livre demeurera par ailleurs un objet de désir, répondant à nos besoins tactiles, même si la liseuse peut avoir à ses yeux un intérêt, à l’instar des étudiants ayant besoin de lecture technique cursive. La médiathèque du futur qu’elle appelle de ses vœux sera celle qui saura réunir dans un même lieu toutes les disciplines et tous les publics, toutes générations confondues. Nous sommes impatients de découvrir ce nouveau lieu !

 

(Paru dans la Gazette de Monaco, mars 2012 - Droits réservés)