HAPAX
HAPAX

JEANNE MOREAU ET DANIELLE DARRIEUX dans Le Salaire du péché (1956)

(à lire dans Rubrique cinéma)

VOX, UNE ODYSSÉE INTIME DE LA VOIX

une série de films courts de Clara Laurent 

De nouveaux épisodes au fil des semaines...

Danielle Darrieux, la jeune femme moderne du cinéma français des années 30

(Rubrique: cinéma)

LUC DARDENNE, CINÉASTE ET PHILOSOPHE  (rubrique cinéma)

PATRICK MODIANO ET LE CINÉMA

(rubrique Cinéma)

et toujours...: L'EXPÉRIENCE ROYAUMONT (août 2013)

L'OPÉRA EUGÈNE ONEGUINE SOUS LA DIRECTION DE JEAN-FRANÇOIS SIVADIER ET IRÈNE KUDELA

Pour lire l'article, cliquez sur l'onglet "Arts de la scène" ET POUR VISIONNER LE FILM, cliquez sur l'onglet  MES VIDÉO

peter lewton, danseur, physiothérapeute

D.R.

 

La danse, une école de la vie

 

Ceux qui eurent la chance d’être en principauté entre 1988 et 1997 purent admirer le danseur soliste des Ballets de Monte-Carlo Peter Lewton. Aujourd’hui encore à Monaco, les danseurs, qu’ils soient étoiles ou étudiants, connaissent tous cet homme d’origine britannique infiniment affable, qui intervient dans l’entretien corporel de ceux dont il connaît intimement les problèmes, à travers sa vision d’artiste et d’osthéopathe. Portrait d’un homme habité et inlassablement curieux.

 

 

Peter Lewton reçoit dans son cabinet du boulevard de Belgique, le visage ouvert et souriant, en offrant une tasse de thé, comme il se doit pour le fils de Britanniques : « Je suis né en Angleterre, mais six semaines après nous sommes rentrés en Afrique de l’Est où mes parents vivaient. Ma mère était infirmière et sage-femme ; quant à mon père, capitaine, il s’est passionné pour les langues africaines au point d’en apprendre sept et de devenir par la suite un ethnologue distingué, universitaire aux États-Unis. »

 

Il semble que Lewton-Brain (car tel est son nom complet) ait beaucoup hérité de ses deux parents — de sa mère, le souci du soin prodigué à autrui, de son père, une curiosité à tous crins et un regard d’ethnologue porté sur le monde : « Quand vous êtes ostéopathe, vous devez adopter le même regard : observer sans juger. »

Après une enfance africaine dorée  — « Les habitants touchaient mes cheveux de rouquin comme un porte-bonheur ! » — Peter, âgé de 8 ans, et son frère aîné Charles, aujourd’hui orfèvre de renom, s’installent avec leurs parents sur la Côte-est américaine. Adolescent, Peter, qui pratique la compétition de ski de haut niveau, est incité par son entraîneur à faire de la danse, une bonne technique de préparation. C’est donc seulement à 16 ans que le jeune homme découvre un monde qu’il ignorait jusque-là, et tout alors se précipite.

 

Peter Lewton entre à la School of American Ballet de New York, alors sous la houlette de George Balanchine. Parmi ses condisciples, Rudolf Noureev! Deux ans suffisent pour faire de Lewton un danseur opérationnel, qui se produira bientôt dans le cadre des Chicago City Ballet, Los Angeles Ballet ou encore comme étoile à Lisbonne. Mais à l’âge de 22 ans, à force de trop solliciter son corps, des blessures chroniques aux genoux hypothèquent l’avenir du danseur : « Un médecin m’a alors affirmé que c’était fini. Heureusement W.G. Hamilton, un médecin qui est toujours de mes amis, m’a conseillé pour m’en sortir de corriger ma technique. J’ai alors fait une rencontre décisive : la grande pédagogue Margaret Craske. » Avec sa méthode, dite « Cecchetti », cette grande dame permet au jeune danseur de comprendre ce qui est devenu son credo : « Quand la biomécanique est juste, l’esthétique est magnifique. » Une jeune danseuse, aperçue par Peter déjà trois ans plus tôt, suit aussi l’enseignement de Margaret Craske : Paola Cantalupo. La jeune femme promise à un brillant avenir d’étoile devient la compagne de Peter Lewton. Ils ne se quittent plus, même sur scène ! « Lorsque nous dansions ensemble, je me sentais là essentiellement pour mettre en valeur Paola », précise Lewton, décidément gentleman jusqu’au bout…

Ce souci des autres, cet homme généreux va continuer à le cultiver dans son activité de praticien, qu’il entamera après avoir effectué des études poussées en France, en Angleterre et en Suisse, parallèlement à des études en histoire et esthétique de la danse, grâce à une bourse attribuée en 1997 par les Amis des Ballets de Monte-Carlo. La démarche de Peter Lewton reste encore suffisamment singulière parmi les danseurs professionnels pour être saluée : il y a chez lui une prise de possession des savoirs sur le corps, un désir de connaître et comprendre hors du commun. Ses compétences sont largement reconnues et utilisées dans un nombre impressionnant d’écoles de danse, tant à Monaco ou Cannes que dans le reste du monde où il est fréquemment invité. Son Association Danse Médecine Recherche (www.admrdanse.com), sorte de laboratoire de recherche, est constamment en ébullition.

 

Lorsqu’on interroge Peter Lewton sur la condition du danseur dans la société, il répond avec conviction que c’est une position à part : « Les gens ont tendance à déifier les danseurs, vous représentez à leurs yeux une forme de noblesse. » Mais nulle démesure dans l’attitude de Lewton, qui affirme avec force à quel point la danse oblige à l’humilité : « Les danseurs sont obligés d’être dans la réalité de l’ici et maintenant. » C’est pourquoi, selon cet homme rayonnant, « la danse est une magnifique école de vie, bonne pour la santé quand elle est pratiquée avec justesse et vérité. » Peter Lewton danse sa vie : une belle source d’inspiration pour nous tous !

 

(paru dans La Gazette de Monaco, décembre 2012 - Droits réservés)

 

 

Peter Lewton (D.R.)